Brobeck Jean-Paul - Un miroir pour trois visages

Fermer les yeux.

Parfois, ta main
Se pose sur ma main,
Et nos doigts entrelacés,
Se parlent tout bas, dans l’obscurité.

Parfois, ton corps
Se serre contre mon corps,
Et nos lèvres réunies,
Echangent le souffle de vie.

Parfois tes yeux
Rencontrent mes yeux,
Et je lis, dans ton coeur,
Des mots d’amour et de bonheur.

Mais il faut parfois fermer les yeux,
Pour voir mieux.
Les photographies, reportages, textes et poemes sont la propriété intellectuelle de Jean-Paul Brobeck et ne peuvent être utilisés qu'avec l'autorisation écrite de l'auteur.