Brobeck Jean-Paul - Un miroir pour trois visages

J’ai toujours vécu.

J’ai toujours vécu quelque part
Le coeur entre deux valises,
Entre deux gares.
Quand la vie me semblait trop grise,
Je rêvais de grands départs.

J’ai toujours vécu dans l’espoir;
Je fermais les yeux
Pour ne pas voir le noir;
Et quand il pleuvait et que j’avais trop froid,
Je m’enfermais tout au fond de moi.

J’ai toujours vécu dans l’attente du lendemain.
Je n’ai jamais hésité à tendre la main,
A donner mon coeur pour un peu d’amitié;
Qui sait combien de fois, j’ai pleuré

Et puis un jour, je t’ai rencontrée
Toi qui m’as fait découvrir le sens du verbe aimer
Dans ma vie, il faisait noir;
C’est toi qui as allumé une lueur d’espoir.
Maintenant mon regard a changé.
Tu m’as appris à recevoir, à ne pas regretter,
A goûter le bonheur de chaque instant;
A ne plus courir comme le vent.
Alors laisse-moi te serrer très fort contre moi
Et te dire que je t’aime, toi,
Qui me conduis vers moi.


Les photographies, reportages, textes et poemes sont la propriété intellectuelle de Jean-Paul Brobeck et ne peuvent être utilisés qu'avec l'autorisation écrite de l'auteur.