Brobeck Jean-Paul - Un miroir pour trois visages

Les vitrines



Dans la vitrine du bijoutier,
Sur des cousins en satin blanc,
Il y a des “ je t’aime “ dorés,
Mais je n’ai pas assez d’argent.

Dans la vitrine du parfumeur,
Il y a des “ je t’aime “ tout en odeur,
Des “ je t’aime “ enivrants,
Mais je n’ai pas assez d’argent.

Dans la vitrine du fleuriste,
Il y a des “ je t’aime “ pour artistes
Des “ je t’aime ” tout en couleur,
Mais au fond de moi, je ressens la douleur.

Car, vois-tu, mes “ je t’aime “ à moi,
Poussent dans les prés et les bois
Ils s’appellent violettes ou pâquerettes
Parfois, ils ne portent même pas de nom.
Non,
Mes “ je t’aime “ à moi,
Il te faudra les cueillir au fond de moi.
Les photographies, reportages, textes et poemes sont la propriété intellectuelle de Jean-Paul Brobeck et ne peuvent être utilisés qu'avec l'autorisation écrite de l'auteur.