Brobeck Jean-Paul - Un miroir pour trois visages
Sens unique,

J’ai horreur des sens uniques,
J’ai horreur des voies sans issues.
Je n’aime pas que l’on m’indique,
Les interdits et ce qui est permis.

Je n’aime pas les “ concertis”
Qui mettent en vedette un soliste;
Il ne serait rien sans les autres artistes
Qui l’accompagnent et lui donnent vie.

L’exemplaire unique n’a de sens que pour l’orgueilleux.
Pour faire naître le bonheur, il faut au moins être deux :
Deux qui acceptent d’être vraiment eux-mêmes,
Sans masque, sans peur, par la magie d’un “je t’aime”.

Voici un mot facile à prononcer.
Depuis trop longtemps, il est usé, galvaudé, piétiné,
Il devrait être interdit à certains
Mais c’est avec lui que commence chaque matin.



Les photographies, reportages, textes et poemes sont la propriété intellectuelle de Jean-Paul Brobeck et ne peuvent être utilisés qu'avec l'autorisation écrite de l'auteur.