Brobeck Jean-Paul - Un miroir pour trois visages
La tempête.

Novembre. Dehors, la nuit, le froid, la tempête. Il fait bon être chez soi, bien au chaud.
La télévision, comme chaque soir.

Brusquement, le noir ; le vent a dû arracher les fils. On sort les lampes de poche.
On retrouve les bougies, là-bas, au fond d’un placard. Le cercle de famille se reforme autour de la table. Visages éclairés par la flamme tremblotante. Flamme vivante qui anime les fantômes sur les murs.
Les enfants découvrent la puissance d’une simple bougie. Les adultes retrouvent leurs souvenirs. On évoque les veillées d’autrefois, et je me souviens des histoires que racontait grand-père. Des histoires que l’on se transmettait de génération en génération, et qui sont les vraies racines qui me rattachent au temps.

J’ai grandi de veillée en veillée ; celles où l’on dégustait le vin nouveau et les noix, et les autres qui font renaître l’odeur des marrons grillés sur le feu de bois.

Flamme magique qui attire le regard, qui fait oublier le tic-tac régulier qui compte goutte à goutte notre temps.

Là-bas, sur son poteau, l’homme a rebranché les fils.
Un autre homme, quelque part, abaisse une manette.
On a tué la petite flamme éphémère.
Les souvenirs sont repartis se blottir au fond du coeur.

Je me surprends, parfois, à rêver de grandes tempêtes.
Analyse d'audience
Les photographies, reportages, textes et poemes sont la propriété intellectuelle de Jean-Paul Brobeck et ne peuvent être utilisés qu'avec l'autorisation écrite de l'auteur.